Bruisme#2

Visuel Bruisme#2
Visuel Bruisme#2 © Mélanie Bourgoin
19h

Pass festival: 24 € (accès à tous les concerts, tarif unique)
Vendredi & Samedi : 14 € / 12 € (TR*)
ou 3,50 € (Bourse Spectacles)

Dimanche : 6 € / 3,50 € (TR*)

Coproduction avec le Confort Moderne et le Lieu Multiple

Concert

Bruisme#2
Le LObe / Hyperbang / Rature / Sun Araw

Le Lobe - Grand orchestre splendide
Orchestre « symphonique » d’improvisation, Le Lobe réunit une vingtaine de musiciens sous la direction de Claire Bergerault. Issus du classique, du rock, de l’électro, de l’impro, ils forment une espèce de méga-instrument, une banque de sons fabuleuse que la diva active à volonté, sans partition, à partir d’un code gestuel savamment élaboré. Elle dirige ses troupes au doigt et à l’œil, mais dans une forme de démocratie sonore participative où chacun a voix au chapitre d’une musique qui s’écrit dans l’instant, sans hiérarchie ni sectarisme.

À partir de 21h

Hyperbang - Plein les yeux, plein les oreilles
À l’ère de la 3D, du cinéma dynamique et du tout numérique, ces trois artisans s’acharnent à épuiser les ressources de l’argentique et de l’analogique, dans un festin sonore et visuel à vous retourner les synapses. Persistances rétiniennes et auditives, saturation des couleurs et des sons, Hyperbang remonte aux origines du chaos pour mieux révolutionner les sens, éblouir les oreilles et parler à nos yeux.

Rature - Freep - Hop
Ennemi public du bronx des canuts, porté par un flow en yaourt et les beats rageurs d’un sound system bricolé entre Emmaüs et Casto, ce brouillon de hip hop qui revendique le droit à l’erreur et les biffures remet les pendules de Flavor Flav à l’heure et renvoie Snoop Dog dans sa niche. Il se dit même que MCA n’aurait jamais dû écouter Rature...

Sun Araw - Psychedelic drone
La musique de Sun Araw (Cameron Stallones, échappé des Magic Lanterns) rampe, serpente comme une sorte de dub psychédélique teinté de drones humides. Une symphonie lo-fi aux effets narcotiques où les guitares égrainent des arpèges qui se croisent, se superposent jusqu’à l’hypnose. Les masses sonores enflent, se densifient mais tout en légèreté, le temps et l’espace se dilatent et les nappes réverbérées nous installent dans une bulle musicale, comme en lévitation dans une espèce de cosmos aquatique. Bon voyage.